Étiquettes

Ce qui suit est une collection de points d’étiquette qui sont communs sur Gor. Chacun bénéficiera, libre et esclave de cet article.

Tal : Tal est une salutation commune des Goréens. Il est souvent accompagné avec la main droite au niveau des épaules, paume à l’intérieur, faisant face au corps. Ceci signifie que la personne saluée n’est pas considérée comme un ennemi. Le geste prouve que la main est exempte de n’importe quelle arme. Car les esclaves ne sont pas autorisées à avoir des armes, puis ce salut serait risible. Comme les esclaves doivent également respecter toutes les personnes libres, ils ne peuvent pas les considérer comme étant leur ennemi. Ainsi le salut pourrait même être considéré comme une insulte à une personne libre. Les esclaves peuvent employer le mot « Tal » comme salutation mais ils ne l’accompagneraient pas du geste de main. Il y a des exemples dans les livres des esclaves utilisant le mot « Tal » comme forme de salutation.

Hail (Salut) : C’est une forme de salutation réservée aux experts et aux champions à une certaine matière. Un épéiste (swordsman) ou un joueur expert de kaissa serait salué de cette manière. Jamais aucun esclave serait salué de cette manière. Les esclaves peuvent également employer ce terme en se référant à une personne libre qualifiée. Un Ubar est qualifié pour cette forme de salutation.

Je Vous souhaite tout le bien (I Wish You Well) : C’est l’expression commune des Goréens pour l’adieu. Elle peut être employée par les personnes libres ou les esclaves.

Je Demande Votre Faveur (I Ask Your Favor) : C’est l’expression commune des Goréens pour dire « s’il Vous plaît. » Elle peut également être employée par les personnes libres ou les esclaves.

Merci : Il n’y a aucune limite ou expression spéciale sur Gor pour remercier une autre personne. Des esclaves peuvent être remerciés ou pas, selon la volonté de la personne libre. Beaucoup d’esclaves sont particulièrement craintifs devant n’importe quel maître qui leur montre une telle bonté.

Esclaves S’adressant Aux Personnes Libres : Tous les esclaves doivent s’adresser aux personnes libres en disant Maître ou Maîtresse. Ils s‘adresseront seulement à leur propre Maître en disant « Mon » Maître ou Maîtresse. Les esclaves ne sont pas autorisés à s’adresser aux personnes libres par leur nom. Le privilège d’employer le nom d’un maître est réservé pour la femme libre, en particulier la Libre Compagne. On lui dit qu’une esclave devient effrontée si ses lèvres sont autorisées à toucher le nom de son Maître. Mais, quelques Maîtres préfèrent entendre leur nom indiqué par une esclave. Ceci est généralement autorisé seulement dans le privé, hors de la présence des femmes libres. Une esclave peut indiquer à d’autres le nom de son Maître pour l’explication seulement, comme le fait d’identifier son propriétaire.

Ubar : Ubar est un titre officiel. Les esclaves s’adressant à un Ubar devraient se référer à lui en tant que « Ubar » ou « Maître » mais ne devraient pas combiner les deux. « Maître Ubar » n’est pas valide pour s’adresser à lui. Le titre d’une personne libre est toujours considéré respectueusement par un esclave. Un « Administrateur » ou un « Régent » serait appelé ainsi par un esclave. La plupart des personnes libres devraient également s’adresser à un Ubar par son titre, et pas par son nom. Si vous avez donné l’autorisation spécifique pour qu’il soit Ubar, vous pouvez alors l’appeler par son nom.

Ubara : Ubara est un titre officiel. Les esclaves s’adressant à l’Ubara devraient se référer à elle en tant que « Ubara » ou « Maîtresse » mais elle ne devrait pas combiner les deux. « Maîtresse Ubara » n’est pas une appellation valide. La plupart des personnes libres devraient également s’adresser à une Ubara par son titre, et pas par son nom. Si vous avez donné l’autorisation spécifique pour qu’elle soit Ubara, vous pouvez alors l’appeler par son nom.

Taverne de Paga : Quand une esclave entre dans une taverne de paga, elle ne doit pas demander la permission ou exécuter aucune forme de karta à la porte. Une esclave devrait entrer tranquillement et aller se mettre à genoux dans l’aire de service. Une esclave ne devrait saluer aucune personne libre quand elle entre à moins que son propriétaire soit présent. Une esclave devrait toujours saluer son propriétaire, une fois qu’elle est positionnée en bas. Une esclave doit demander la permission pour partir de la taverne. Elle devrait d’abord demander à son propriétaire. Si le propriétaire n’est pas présent, on peut demander à n’importe quelle personne libre.

Les esclaves qui attendent dans l’aire de service devraient prêter attention pour voir si n’importe quelle personne libre a besoin de nourriture ou de boisson. Si une personne libre requiert un service, ils ne devraient pas devoir attendre si une esclave est agenouillée dans l’aire de service oisive. Les personnes libres doivent également être patientes et attendre qu’une esclave soit disponible si elles souhaitent un rafraîchissement si tous les esclaves actuels servent d’autres personnes libres. Les femmes libres ne serviront, dans une taverne de paga, dans pratiquement aucune circonstance.

Ordre de priorité : Dans un groupe, certaines personnes libres devraient avoir priorité, particulièrement dans les services offerts par les esclaves. Un Ubar/Administrateur devrait avoir la priorité dans toutes matières, car il est le chef de l’état et la personne libre du rang le plus élevé dans la ville. Après eux, vient alors l’Ubara/Libre Compagne de l’Administrateur. Puis, votre propriétaire devrait avoir la priorité. Après cela, toutes les autres personnes présentes de haut rang. En conclusion, toutes autres personnes libres auraient alors la priorité égale.

Marchandage : La règle dans le marché et dans les magasins est qu’il n’y a aucun prix rigide. Le marchandage fait partie des affaires. Si vous souhaitez acheter un article de quelqu’un, marchandez le prix. Dans le marchandage, vous commencez par une offre basse et le vendeur par un haut prix. Vous négociez afin d’obtenir un prix raisonnable, jusqu’à ce que les deux parties soient satisfaites. Beaucoup de négociants ont autant de plaisir à marchander qu’en obtenant leur argent.

Mendier : Les Goréens ne favorisent pas la mendicité et le voit comme une insulte. Quand la charité est en règle, elle est habituellement arrangée par la caste ou le clan.

Femmes Libres : Les femmes libres devraient être traitées avec respect et honneur. Une déférence considérable est due à une femme libre. Les femmes libres peuvent parler librement et sans avoir recours à une permission. Elles peuvent être « audacieuse » et faire pas mal ce qu’elles souhaitent. Mais, les femmes libres doivent également prendre garde car elles possèdent leur liberté seulement par la volonté des hommes libres. Une Ubara/Tatrix devrait être traitée avec un extrême respect pendant qu’elle exerce le grand pouvoir dans la ville.

Madame : C’est un terme de respect utilisé pour les femmes libres, particulièrement celles de Haute Caste. Il doit être employé seulement par les personnes libres cependant. Une esclave n’emploierait pas ce terme.

Rang : Gor est un monde hiérarchisé où votre statut, rang et caste sont extrêmement important. En général, vous montrez du respect à ceux du statut, du rang ou de la caste supérieure à vous. Cela inclut les femmes libres. Une femme libre de Haute Caste mérite le respect des hommes de Basse Caste. Une femme très riche serait considérée de haut statut et devrait aussi avoir droit également au respect. Bien que les hommes puissent se considérer contre les femmes dominantes, ils respectent toujours les notions du statut, du rang et de la caste. Les hommes respectent également les hommes d’une position plus élevée qu’eux-mêmes. Un Chef de Ville aurait le statut le plus élevé et serait respecté de tous.

Compliments : Les compliments des Goréens sont généralement significatifs pour eux et sont habituellement donnés seulement une fois mérités.

Enfants : Les Goréens sont généralement fanatiques des enfants et n’infligent pas de souffrance ou d’abus sur eux. Même des enfants d’esclaves sont rarement maltraités et jouissent de beaucoup de liberté du moins jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge adulte.

S’asseoir : Les hommes libres s’asseyent les jambes croisées. Ils emploient rarement des chaises alors que les chaises sont habituellement réservées pour les personnes spéciales comme les Administrateurs, Ubars et les juges. La plupart des chaises trouvée sur Gor sont inconfortables de toute façon. Les Femmes Libres s’agenouillent pour se reposer. Leurs genoux sont gardés étroitement serrés et leurs mains à plat sur leurs cuisses. Tous les esclaves se mettent à genoux pour s’asseoir, et la position de leurs mains et genoux dépendent du type d’esclave qu’elles sont. Les esclaves ne se s’assoient jamais dans les chaises et pourraient être fouettés ou même massacrés pour s’asseoir dans elles.

Rues : En descendant ou en montant une rue ou une route, les Goréens généralement se tiennent à la gauche de la route lorsqu’ils en passent d’autres. Ceci est fait de sorte que votre bras qui porte l’épée, généralement le bras droit, ne soient pas dans le visage de la personne que vous dépassez.

 






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Leave a Reply


  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!