Positions et Commandes d’une kajira ou kajirus

On s’attend à ce qu’une kajira bien élevée sache une variété de positions d’esclaves et puisse répondre à une série de commandes. Certaines informations sont incorrectes en ligne au sujet des positions et des commandes de Gor selon ce qui est narré dans les romans. Des positions telles que le « kar-ta » et le « sula-ki » ne sont jamais explicitement mentionnées dans les romans. Leurs noms furent créés en ligne pour décrire certains sujets mentionnés dans les romans mais jamais formellement nommés ainsi. D’autres positions furent créées et n’ont aucune base dans les romans. Ce travail montrera un certain nombre de positions qui existent dans les romans et d’autres qui décrivent quelques positions anonymes et leurs utilisations. D’autres positions et commandes existent aussi.

La position principale pour tous les esclaves est l’agenouillement. Le mot sur Gor pour l’agenouillement peut être « nadu » mais c’est seulement une spéculation. Dans les livres, le « nadu » est seulement employé comme une commande spécifique. Toutes les femmes, libres et esclaves, s’agenouillent pour se reposer. Des femmes qui osent s’asseoir les jambes croisées, comme les hommes, sont considérées comme insolentes et insultantes. Les esclaves ne sont pas autorisées généralement à se reposer sur des chaises et pourraient même être fouettées ou massacrées si l’audace les poussaient à s’y reposer. Une kajira doit généralement se mettre à genoux en présence de son Propriétaire, ou en présence de n’importe quelle autre personne libre. L’agenouillement cependant est une position qui peut être prise aisément et admirablement. Une kajira peut également se lever de la position d’agenouillement avec beauté et grâce. Se mettre à genoux est vu comme un signe de respect, exprimant la soumission d’une esclave. Dans l’agenouillement, on s’attend à ce que toutes les femmes, libres et esclaves, se tiennent bien. Leur dos devrait être droit, leur menton haut.

Quand une fille se met à genoux, il est d’usage qu’elle reste à quelques pieds de son Propriétaire. Cette distance symbolise, l’infériorité et le statut modeste de l’esclave. Elle met également l’esclave dans une position où elle peut être regardée aisément. En outre, l’espace entre l’esclave et le Maître fera en sorte que si le Maître désire ravir la kajira, un tel désir exige une décision soutenue pour avoir à couvrir cette distance vers la fille. Ainsi, son désir ne sera pas déclenché que par réflexe. Si une fille devait se mettre à genoux à bon escient très près de son Maître, ce serait une indication de son désir d’être ravie (violer), espérant que son Maître agira sur son offre sans considération.

La position des genoux d’une femme lors de l’agenouillement est très important. Les Femmes Libres maintiendront toujours leurs genoux étroitement fermés, de façon modeste. Les esclaves de tour (tower) et de maison font également généralement la même chose. Les esclaves de tour et de maison sont généralement assignés à des fonctions domestiques mais il y a des périodes où elles pourraient également servir le plaisir d’un Maître. À ces heures, elles pourraient se mettre à genoux avec leurs genoux ouverts si on lui commande de faire ainsi. Les esclaves de plaisir, et les kajirae de même type, maintiennent généralement toujours leurs genoux grands ouverts tout en se mettant à genoux. Elles sont privés de la modestie et s’ouvrent pour que tous les voient, malgré que parfois devant les Femmes Libres, elles seront plus modestes.

La position de ses mains lors de l’agenouillement est également important. Les Femmes Libres reposeront leurs mains sur leurs cuisses, leurs paumes vers le bas. Les esclaves de tour et de maison garderont leurs mains devant elles, habituellement croisé si elles ne sont pas autrement occupées. Les esclaves de plaisir posent leurs mains sur leurs cuisses, parfois vers le haut ou vers le bas, cependant dans quelques villes elles maintiendront leurs mains croisées derrière elles. Les paumes des mains, faisant face vers le haut, est une manière de signaler un besoin, l’abandon, et le désir des filles de plaire. C’est un signal silencieux du désir d’une fille pour son Maître.

La « position » est une instruction qui est donnée quand on s’attend à ce que le kajira prenne la position d’agenouillement suivant son type d’esclave. Ainsi, les esclaves de tour et les esclaves de maison prendront une position spécifique qui est différente de la position prise par l’esclave de plaisir. Parfois, un Maître peut souhaiter que sa kajira prenne une position différente de son type, alors il lui indiquera spécifiquement quelle position adoptée. C’est là que le Maître commande à une eslave de tour ou de maison de se mettre à genoux en position d’esclave de plaisir. Une position peut également être commandée en tant qu’élément de discipline pour l’esclave. Si c’est ainsi, la fille doit rester très droite dans sa position. Si ce n’est pas une commande pour la discipline, une kajira a beaucoup plus de marge de sécurité. Elle pourra bouger son corps, lui permettant de se soulever un peu sur ses talons, tourner sa tête. Pour le reste, elle devra demander pour bouger.

Le plus souvent dans ces positions, le kajira maintient sa tête relevée. Ceci dépend de la volonté et de la spécificité de la discipline que la kajira subit et de la préférence de son Maître. En gardant sa tête vers le haut, ceci éliminera la nécessité de commander de la soulever. Il montre également la beauté faciale de l’esclave.

Nadu, Sula, Bara, Lesha

Ces quatre termes sont employés rarement dans les livres. Ce sont des mots de Gor mais leurs significations ne sont jamais clairement définies. Ils sont employés dans le contexte des commandes à une kajira. Quand l’instruction est donnée, on s’attend à ce que la fille prenne une certaine position. Ce n’est pas claire si ces mots sont seulement censés se rapporter à ces positions spécifiques ou si les mots peuvent avoir une plus grande signification. C’est seulement une spéculation en ce moment.

Dans la plupart des positions, la tête est maintenue levée. L’esclave voit qui est dans la chambre également, elle a besoin de sentir le désir de son Maître ou de n’importe quelle autre personne libre dans la chambre. Une kajira ne peut changer sa position tant qu’elle ne reçoit pas la permission explicite de le faire.

1. Bara (Ventre)

(Mot goréen pour ventre) Sur le ventre, les poignets croisés dans le dos, les chevilles croisées et la tête tournée vers la gauche. Cette position permet à l’esclave de s’offrir pour être attachée et laissée aux pieds de son Maître, ou être transportée. Elle peut aussi être utilisée comme punition.

2. Belly (Sur le Ventre)
 

L’esclave se couche à plat ventre, vient délicatement poser le front sur le sol, ses bras viennent se coller contre ses cuisses, elle pose les paumes de ses mains tout contre ses cuisses, elle redresse lentement les jambes pour venir les écarter tout contre le sol, elle rampe dans cette position en direction du Maître, jusqu’à ses pieds. Position utilisée pour ramper. Cette position est utilisée parce qu’habituellement ça plaît aux Maîtres.

3. Blanket (Couverture)

 

L’esclave se met en boule, et un drap ou une pièce de tissus est déposée sur elle pour la recouvrir, elle doit rester silencieuse et immobile tant et aussi longtemps que le drap n’est pas retiré. Cette position a pour but de protéger les esclaves de la convoitise des Personnes Libres qui n’appartiennent pas à la Maison.

4. Bracelet

 

Agenouillée ou debout les jambes fermées, l’esclave croise les poignets dans le dos qu’elle garde bien droit, les épaules vers l’arrière et la tête tourner vers la gauche. Elle attend d’être attachée. Elle sert à poser les bracelets et à l’enchaîner.Il peut également être donné afin de faire prendre simplement la position. Dans cette position, la kajira est devant son Maître, avec ses hanches légèrement tournées de côté, son dos et ses épaules sont droits. Ses poignets sont alors croisés derrière elle et elle tourne sa tête vers la gauche.

5. Capture

 

Couchée sur le dos, l’esclave doit tendre les bras de chaque côté du corps et plier ses genoux pour ramener ses pieds vers les fesses. Cette position est utilisée pour la capture.

6. Crawl (Ramper) 

 

Similaire à la commande belly. L’esclave se met à quatre pattes, ses paumes et coudes touchent le sol, les fesses en l’air, la tête baissée mais ne touchant pas au sol et avance jusqu’à un pouce du Maître. On retrouve aussi parfois que les coudes ne touchent pas le sol mais plutôt les mains seulement.

7. Display (Exhibition) 

  L’esclave doit se tenir debout, une jambe écartée, légèrement avancée juste suffisamment pour qu’une main puisse y être passée, se tenir bien sur les pieds, le dos et l’autre jambe droite, le menton est relevé, les yeux sont baissés en signe de respect et les mains sont croisées dans le cou, mais les doigts se touchent à peine, c’est pour exposer les mains, les doigts, chaque petit détail doit être montré, exposé et relevé dans display. C’est souvent pour .. comment dire.. les mannequins quand elles posent. C’est pour mettre en valeur.

8. Gorean Bow (Arc Goréen)

 

L’esclave doit faire ce qui s’apparente à un pont. En position nadu, se penche vers l’arrière, la tête touchant au plancher, met ses mains au-dessus de sa tête et se soulève pour faire arquer son dos. Ses cheveux peuvent aussi être attachés aux chevilles. Position pénible à tenir et parfois impossible pour certaines kajirae.

9. Hair (Cheveux)

L’esclave est debout, se penche gracieusement vers l’avant en courbant la taille, de façon à faire tomber les cheveux vers l’avant pour qu’ils puissent être admirés, saisis, ou toutes autres choses que le Maître désire.C’est une commande donnée généralement aux fêtes et aux banquets. Une fille se met à genoux devant un invité et abaisse sa tête. Un invité pourrait alors essuyer et nettoyer ses mains sur ses cheveux. Les serviettes ne sont apparemment pas grand chose à de telles fêtes.

10. Heel (Talon)

L’esclave va derrière le pied gauche du Maître, attendant qu’il avance, elle avance avec lui en restant toujours derrière. Au talon gauche d’un Maître droitier. Si elle marchait du côté droit, on la verrait comme un signe de disgrâce. S’il y a plusieurs filles suivant un Maître, la favorite sera celle qui est la plus proche du Maître.

L’esclave doit aller vers le Maître se mettre en Nadu derrière lui et sur la gauche et attendre ses ordres (si il est gaucher, aller sur sa droite).

11. High Bracelets (Bracelets Debout)

L’esclave se tient debout, les pieds à la largeur des épaules, garde la tête haute et le regard baissé. Ses bras sont dans son dos, poignets croisés, elle est prête à être menottée.

12. High Harness (Haut Harnais)

Une position d’exposition, où l’esclave est agenouillée, corps droit, la tête penchée par derrière, menottée avec une laisse fixée à son collier. Elle peut également être employée simplement comme une position de discipline ou de formation.

13. Karta

 

L’esclave s’agenouille sur le sol, les genoux bien écartés pour lui permettre d’abaisser sa poitrine jusqu’au sol. Elle se penche vers l’avant et place sa poitrine et son front sur le sol, étendant ses bras et ses doigts à l’extrême vers l’avant, paumes vers le sol. Elle montre ainsi un grand respect et utilise cette position pour entrer dans les pièces et attendre la permission pour entrer. (semblable à la position prostrate)

14. Kolar (kolaring, collar) (Collier)

Aussi appelée, la position de soumission de la femelle, dans cette position, on doit s’agenouiller aux pieds du Maître, pencher le corps vers l’arrière en s’asseyant sur les talons, les bras tendus vers le haut et la tête baissée entre eux en signe de supplication, les poignets sont croisés. Cette position est souvent utilisée pour la supplication du collier. On doit le faire en réponse à la commande SUBMIT.

15. Kneeling to the coffle (À genoux pour entrave)

L’esclave se place en position Nadu et tend le poignet gauche ou droit selon le type d’entraves de sorte que le poignet puisse être attaché dans la chaîne d’entraves.

16. Leading (Mener, Diriger)

Une fois debout, derrière son Maître, l’esclave penchera le haut de son corps jusqu’à la hauteur de sa taille et accotera sa tête sur la hanche de son Maître. Il porte sa main gauche dans ses cheveux, maintenant sa main droite libre pour saisir son épée au besoin. Le Maître marche alors, tirant sa kajira derrière lui. Il fera ceci normalement seulement pour de courtes distances. Ça peut être également fait dans des secteurs où il y a foule, si le Maître n’a pas de laisse. Elle se positionnera ainsi pour être menée facilement quelque part par les cheveux ou le collier.

17. Lesha (Laisse)

Il existe deux manières de faire cette position selon les restrictions de l’esclave. La première se fait en position Nadu et est réservée aux esclaves de plaisir. L’esclave se trouve en position Nadu, face au Maître, doucement elle soulève le menton, elle tourne son visage vers la gauche, baisse les yeux en signe de respect, elle place ses mains dans son dos, tient les poignets serrés, tire ses épaules en arrière en présentant son cou.

La deuxième se fait en position debout on la nomme High Lesha et est réservée aux esclaves ayant des restrictions sexuelles. L’esclave se trouve debout, face au Maître, ses jambes écartées à hauteur des épaules, doucement elle déplace ses mains pour les poser dans son dos, elle tient ses poignets serrés l’un contre l’autre, comme si elle était menottée, elle soulève le menton, le tourne vers la gauche, elle garde les yeux baissés en signe de respect, elle tire légèrement ses épaules en arrière en présentant son cou. Position utilisée pour être mise en laisse et de l’attacher pour le voyage.

18. Modality of the she-quadruped (Modalité pour être un animal)

S’appelle parfois en ligne she-sleen pourtant c’est un nom incorrect, qui n’est pas cité dans les romans. Dans cette modalité, une kajira feint d’être un animal en tous points. On interdit la parole, excepté certains bruits d’animaux. Elle ne doit pas avoir un maintien d’humain et doit marcher à quatre pattes. Sa nourriture sera jetée vers elle ou mis dans des plats et elle doit manger sans se servir de ses mains. On peut même lui enseigner des tours d’animal de compagnie. Si elle est employée sexuellement, elle sera employée comme animal. Cette modalité peut être employée comme punition ou pour former une nouvelle kajira. Ce qui enseigne à une kajira qu’elle est au niveau d’un animal. Elle est souvent imposée lors d’une capture d’Ubara.

19. Nadu (Agenouillement)

Ce pourrait être le mot général sur Gor pour l' »agenouillement. » Mais, chaque fois qu’une fille est « nadu » tel que commandé dans les livres elle prend la position d’une esclave de plaisir. Agenouillée sur ses talons, les mains sur ses cuisses, paumes vers le haut. Elle maintient son dos droit, la tête vers le haut, et les seins poussés en avant, le ventre rentré et les yeux baissés. Ses genoux sont largement écartés. Ainsi, le « nadu » peut seulement se rapporter à la position d’esclave de plaisir bien que la racine du mot puisse dériver du mot de Gor pour l' »agenouillement. » Cette position est à adopter pour offrir les services sexuels pendant le service.

20. Neck Chaining (Enchaîner au Cou)

La position commune pour un cou enchaîné (neck chaining) est pour qu’une fille se tienne sur ses mains et ses genoux. Ceci permet au Maître d’attacher facilement une chaîne au collier d’une fille et tout aussi bien lui mettre un laisse.

21. Nestle (Se Blottir)

Quand l’esclave reçoit l’ordre Nestle, elle se blottit dans le creux du bras gauche de son Maître.

22. Obedience (Obéissance)

Lorsque la commande est donnée. L’esclave se trouve en position soit Nadu, soit Prostate ou Belly. Elle se penche vers l’avant et vient poser ses lèvres sur le pied du Maître. Selon le désir du Maître, elle doit soit embrasser, soit lécher le pied. Position utilisée pour montrer un geste d’amour et la soumission de l’esclave pour le Maître.

23. Obeisance

Une instruction généralement donnée pour exécuter un hommage ou une révérence. Obeisance est essentiellement un geste ou un mouvement du corps qui démontre le respect. Il y a beaucoup de manières dont une kajira peut répondre à cette commande. Trois formes communes ont été énumérées dans les Mercenaires de Gor. Notez cependant, que ces formes ne sont pas des positions spécifiques. Elles sont seulement quelques exemples de la façon dont l’obeisance peut être faite. Il y en a beaucoup d’autres. Si vous commandez « d’exécuter l’obeisance, » une de ces formes suffira à moins que le Maître ait précédemment dit qu’il a besoin d’une forme spécifique quand il donne une telle instruction.

La première forme énumérée est mentionnée comme position possible d’obeisance bien qu’il y ait des autorités qui disent que ce n’est pas une telle position. En tout cas, c’est une position commune dans la soumission d’esclave. Essentiellement, c’est la position de Nadu où la kajira abaisse également sa tête par la respect.

La deuxième forme énumérée est semblable à ce qui est connu en ligne en tant que « kar-ta. » Mais, le terme « kar-ta » n’est jamais employé dans les romans. C’est une création en ligne seulement. Ce n’est pas un terme valide sur Gor et ne devrait pas être employé. La deuxième forme diffère également de quelques manières de la position « kar-ta ». Sous la deuxième forme, l’esclave commence en position à genoux. Elle abaisse alors sa tête au sol et place ses paumes sur le plancher. Elle soulève alors sa tête un peu et se déplace vers l’avant, maintenant sa position. La kajira lèche et embrasse finalement les pieds du Maître, le faisant doucement, légèrement et affectueusement.

Une troisième forme est « belly. » Il y a diverses formes de « belly. » Une variation simple implique de se mettre sur le ventre et de s’avancer lentement. Quand elle atteint les pieds du Maître, elle lèche et les embrasse comme sous la deuxième forme. « Belly » peut être donné comme commande spécifique. Parfois, c’est un moyen pour le kajira de se mettre simplement sur le ventre. Dans d’autres, il se rapporte à cette forme de révérence. La commande « bara » est semblable mais sera employée au lieu de « belly » quand le Maître souhaite cette position exacte.

Dans toutes ces formes d’obeisance, une kajira ne peut pas se mettre debout jusqu’à ce qu’elle reçoive la permission explicite de le faire du Maître.

24. Prostrate (Prosterner)

L’esclave prend la position de Nadu, les cuisses peuvent être écartées ou pas, se penche en avant plaçant la poitrine et le front contre le plancher, étends les bras entièrement et les paumes contre le plancher. Les chevilles peuvent être croisées ou non.

25. Run Command (Commande pour Courrir)

L’esclave court vers son objectif par petits pas rapides, les jambes presque droites, les pieds qui quittent à peine le sol. Pendant qu’elle bouge son dos reste très droit, sa tête est légèrement tournée vers la gauche, ses bras longent son corps et son poignet sont cassés dans un angle de 45 degrés. Quand elle atteint son but, elle s’abaisse avec grâce en position nadu.

26. She sleen

À quatre pattes, la tête penchée vers le sol, les fesses relevées pour être exhibées et/ou pour le plaisir du Maître. Servir en tant qu’animal est une instruction par laquelle l’esclave doit effectuer ses tâches habituelles en restant sur les mains et les genoux et sans pouvoir utiliser les mains. Dans cette position l’esclave ne doit pas se relever et seulement utiliser la bouche et les dents pour saisir ou manipuler des objets.

27. Slaver’s Kiss

Elle s’agenouille à 4 pattes, et abaisse sa tête à terre, et soulève ses fesses vers le haut, ses cuisses écartées largement, exposant ses fesses entièrement en vue de la caresse du cuir contre son corps. Cette position est une utilisation commune sur Gor, les yeux regardant en avant, en vue de l’utilisation sexuelle.

28. Slave lips (Baiser d’esclave)

L’esclave a cette commande doit former un baiser avec ses lèvres et les garder ainsi jusqu’à ce que le Maître libère ses lèvres avec un baiser. Évidemment c’est une façon de lui faire garder le silence.

29. Submission (Soumission)

L’esclave se met à genoux, pliant sa taille, l’esclave place sa joue sur le plancher, prend le pied droit du Maître/Maîtresse et place son cou, met ses bras derrière son dos et croise ses poignets…

la fille se met à genoux, se penchant en arrière sur ses talons, ses bras portés vers le haut, ses poignets croisés, elle abaisse sa tête entre ses bras dans la posture de la soumission. Dans cette position on peut trouver ressemblance avec celle du kolar.

…. s’agenouilla devant moi, simple Guerrier de Ko-ro-ba, et baissa la tête en levant et tendant les bras, les poignets croisés. C’était la même formalité qu’avait accomplie devant moi Sana dans la chambre de mon père, là-bas à Ko-ro-ba, la soumission de la femme captive. Sans lever les yeux de terre, la fille de l »Ubar proféra d’une voix claire, nette :

– Je fais ma soumission. (Le Tarnier de Gor, Édition J’ai Lu, p. 113)

30. Suga

C’est très semblable au Karta mais leurs poignets sont croisés. L’esclave se met à genoux, des genoux écartés et leur tête au sol, front vers le bas et les bras étirés devant, avec les poignets croisés.

31. Sula

Couchée sur le dos, bras de chaque côté, paumes vers le haut, jambes bien écartées, haut du cops un peu soulevé en accotant ses coudes au sol. L’esclave aborde cette position pour se faire sermonner ou entraîner, impliquant cette option si le Maître est debout et non sur elle. Servant aussi au training non sexuel.

A cette commande, l’esclave s’étendra sur son dos, ses mains sur le côté de son corps, paumes vers le haut et attend l’inspection du Maître en écartant les jambes. Dans cette position, une kajira est prête pour le plaisir de son Maître.

32. Sula ki

Couchée sur le dos, les bras le long du corps, paumes vers le haut les jambes bien écartées et hanches soulevées. Position communément adoptée pour que l’esclave soit prise sexuellement ou pour l’inspection.

33. Table

L’esclave se place à 4 pattes, elle met son dos bien a plat, elle croise les bras devant elle s’appuyant sur ses coudes. Elle laisse tomber ses cheveux en avant. Position utilisée pour servir de table ou de repose pied au Maître.

34. Tower

 
Assise sur ses pieds, genoux collés, mains sur les cuisses paumes vers le bas, le corps bien droit, la tête haute et les yeux baissés. Inclus lors du service que l’esclave n’offre pas de services sexuels.
35. Trone

L’esclave est couchée sur le dos, les bras le long du corps, paumes vers le haut, cuisses très écartées, genoux repliés et une jambe croisée.

36. Usage

L’esclave est sur ses mains et ses genoux, jambes séparées largement. Sa tête est droite, des cheveux tombant à travers elle en arrière. Elle reste immobile et attend une commande.

37. Walk Command (Commande pour Marcher)

Quand cette instruction est donnée, les esclaves tournent dans une pirouette gracieuse, faisant osciller leurs cheveux. Elles marchent alors, glissant à travers la salle, leurs pieds semblant à peine laisser le plancher, leurs hanches balançant sensuellement, leur corps droit et fier. Quand elles atteignent leur objectif qu’elles arrêtent et se tiennent, leur corps droit, leurs épaules en arrière, leur poitrine poussée en avant, leur ventre entré. Elles tournent leur hanche un peu, leurs mains sur leurs côtés, et pointent un pied. Leur tête est levée et leurs yeux sont abaissés.

38. Whip Caress (Caresse du Fouet)

Une méthode de toucher l’esclave qui est vendue afin d’exhiber sa chaleur d’esclave pour les acheteurs potentiels, généralement fait avec un fouet enroulé.

39. Whiping Position (Position pour être fouettée)

Dans cette position l’esclave commence d’abord par prendre la position de Nadu, puis elle croise les bras devant pour poser le front sur le sol en ayant pris soin de dégager les cheveux de ses épaules pour que le dos soit complètement exposé au fouet.

Commandes de Discipline

Les Maîtres peuvent donner certaines instructions, qui ont parfois des buts disciplinaires. Ces instructions peuvent également être données pour d’autres buts.

1. Bound by the Master’s will (Limité par la volonté du Maître)

Également connu sous « Will Bond, » ce qui signifie qu’une kajira doit rester comme elle a été enchaînée, avec des bracelets ou simplement avec son équipement, quoiqu’un tel article ne la lie pas vraiment. Elle peut devoir se maintenir les mains croisées derrière elle et ne peut pas se libérer sans permission. Ses chevilles peuvent être croisées également. Quelques hommes laissent une fille tenir un anneau d’esclave sans les enchaîner sur cet anneau. On s’attend à ce que la kajira ne quitte pas l’anneau dans toutes circonstances jusqu’à ce que son Maître revienne.

2. Gag Law (Loi du bâillon)

La « loi de bâillon » (Gag law) est une discipline où on interdit à une fille de parler, sauf pour des gémissements et des chuchotements. Bien qu’elle ne porte aucun bâillon réel, elle doit agir comme tel.

3. Har-ta : Plus vite !

4. Kara : L’esclave tourne sur elle même à cette commande.

5. Veck : Debout !

Il y a une variété de positions pour fouetter. Dans toutes les formes, la kajira est dévêtue afin de ne pas ruiner son habillement. Une façon standard est de mettre des bracelets aux poignets d’une fille et qu’elle porte ses mains au-dessus de sa tête. Les bracelets sont généralement enchaînés à une poutre au plafond. Les chaînes sont alors levées jusqu’à ce que les talons de la fille soient à environ un quart de pouce au-dessus du sol. Dans beaucoup de positions pour le fouet, les cheveux de la fille sont placés de côté afin de ne pas les abîmer par le fouet.

Autres Commandes

Les kajirae sont souvent récompensées avec des pâtisseries si elles sont agréables. Si le Maitre lui en donne une, un Maître peut commander à la kajira de la manger très lentement, lui permettant de le faire durer plus longtemps. Ceci signifie que la kajira doit manger la pâtisserie incroyablement lentement, la touchant à peine. Elle doit utiliser principalement sa langue dessus, seulement grignoter de temps à autre. Ceci sert à la mettre sous une bonne discipline, c’est un bon exercice pour la langue, et cela augmente sa chaleur sexuelle. Un Maître peut également demander une kajira de manger autres choses de la même façon.

Quand un Maître veut son esclave de plaisir dans sa maison, il dit à l’esclave d’allumer la lampe de l’amour. Le kajira allumera la lampe et la placera dans la fenêtre ainsi ils ne seront pas dérangés.

1. Feindre le désintérêt

C’est une commande dangereuse. C’est habituellement donné à une esclave en référence à un invité lors d’un repas et le Maître prévoit offrir la fille plus tard en soirée. Elle doit feindre le désintérêt, bien qu’elle doive servir dans une perfection absolue. Ça permet graduellement à ses vrais sentiments de sortir, donnant l’impression d‘être séduite par l’invité. Quelques invités peuvent être irrités par cette « plaisanterie » s’ils la découvrent. Un hôte devrait connaître son invité bien avant d’essayer une telle plaisanterie.

2. Sandales

C’est une commande pour qu’une kajira place les sandales de son Maître. La fille obtient les sandales et les embrasse. Elle place alors les sandales sous ses pieds, les lacent serrés, et embrasse chaque noeud qu’elle accomplit. Après avoir attaché les deux sandales, elle met sa tête à ses pieds dans un geste gracieux de soumission.

3. Exposer une rébellion (Show rebellion)

C’est une commande cruelle, où une fausse rébellion est autorisée. « A genoux » (Kneel) est la commande qui indique généralement à la kajira d’arrêter la fausse rébellion. Quand il est autorisé à une esclave cette révolte, pour la replacer sous son contrôle on le fait d’une manière très douce.

4. Parlez comme une esclave (Speak as a slave)

C’est une commande pour qu’une kajira parle à la troisième personne. Certains croient incorrectement que tous les esclaves doivent parler à la troisième personne. Les romans contiennent cependant une multitude d’exemples où les esclaves parlent généralement à la première personne. C’est également courant que les esclaves parlent à la troisième personne mais ce n’est pas un absolu. Tout dépend de la formation que le Maître aura offerte à sa kajira. Il n’est donc pas impossible qu’une esclave emploie la première personne à moins qu’elle n’est reçu des ordres spécifiques pour parler à la troisième personne.






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Leave a Reply


  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!