Honneur !!!

Avertissement : Je ne propose pas d’aborder toutes les questions sur ce sujet ou de répondre à toutes les questions potentielles. C’est davantage une vue d’ensemble, avec l’ajout de beaucoup de citations des romans de Gor sur l’honneur.

Honneur

C’est un terme utilisé souvent au sein de la communauté Goréene pourtant connaissons-nous tout son sens ? Peut-elle même être définie ou est-ce une limite si ambiguë que chaque personne la définit différemment ? Comprenons-nous toutes les ramifications potentielles de l’honneur ? Je devrais d’abord préfacer cette discussion en différenciant les diverses limites et les parties du discours que ce mot évoque. Par exemple, l’honneur et honorer peut être un nom et un verbe. Il peut également être un adjectif et un adverbe, honorable et honorablement. Et chacun de ces derniers a ses propres nuances et significations. Par exemple, les expressions « vous avez l’honneur » et « nous vous honorons » produit différents effets. En outre, les expressions « vous avez l’honneur » et « vous avez agi honorablement » ont également différentes significations.

Ainsi, je dois rétrécir la portée de cette écrit pour pouvoir mesurer la juste proportion. Pour l’immédiat, considérons l’utilisation du mot « honneur » comme un nom. Les concepts de ce qui constituent l' »honneur » changent entre les cultures et même les groupes dans ces cultures. Par exemple, l’honneur chevaleresque anglais change de l’honneur du samouraï japonais, et tous les deux diffèrent de l’honneur de la caste de Guerrier de Gor. Un bref exemple montrera largement comment sont différents ces concepts d’honneur. Pour un samouraï, le suicide est parfois une mort très honorable. Ce peut être la seule manière pour un samouraï de mourir avec honneur. Pour un Guerrier de Gor, le suicide n’est jamais honorable. C’est une violation des Codes de la Caste de Guerrier. Ces différences signifient-elles que l’honneur est indéfinissable ? Ou signifie-t-il que c’est un concept culturel qui peut seulement être répondu dans chacune de ces cultures ? Ou devons-nous simplement trouver le dénominateur commun entre ces visions disparates d’honneur ?

« Mon affaire avec les Prêtres-Rois est simple, comme le sont la plupart du temps les histoires d’honneur et de sang. » (Les Prêtres-Rois de Gor, p.13)

Le dénominateur commun entre ces différents groupes est qu’ils suivent tous un certain code de conduite, et la possession de l’honneur est généralement basée dessus, qu’une personne suive ce code ou pas. Leurs codes changent, mais tous ces groupes partagent au moins le fait qu’ils suivent un certain type de code. Ainsi, à sa base, l’honneur est une adhésion à un code de conduite morale. L’honneur ne peut pas exister sans référence aux directives ou aux normes de conduite, même si ces directives ou normes ne sont pas explicitement tracées. Nous pouvons déclarer qu’un homme peut avoir des bases honorables sur son propre code de conduite ou nous pouvons nous baser sur nos propres codes. Par exemple, si nous considérons que l’honnêteté fait partie de ce code moral, alors nous considérerions ces gens qui sont honnêtes, honorables.

Sur Gor, les Codes de Caste sont basées fondamentalement sur la forme de ces normes morales, la base pour déterminer si un homme possède de l’honneur ou pas. Une personne qui ne suit pas ses Codes de Caste est souvent vue comme ne possédant pas d’honneur. Les Codes des diverses Castes changent, parfois de manière significative. Un Guerrier peut perdre son honneur pour une certaine action qu’un Assassin ne perdra pas. Ces codes de conduite sont intrinsèquement attachées dans la structure sociale et culturelle de Gor. Leurs normes peuvent ne pas être applicables aux sociétés ou aux cultures de la Terre, même celles qui semblent semblables par certains côtés. Ainsi, quand une personne énonce avoir de l’honneur, elle dit essentiellement qu’elle suit un certain code de conduite. Mais, à moins que vous connaissiez bien cette personne, vous ne pouvez pas savoir leur code avec exactitude. L’honneur est honneur, dans de petites choses comme dans les grandes. Comment pratiquer l’honneur dans de grandes choses, si on ne le fait pas dans les petites ?

Sans compter que les Codes spécifiques des Castes de Gor, semblent avoir certaines qualités qui sont généralement acceptées par la plupart des Castes en autant qu’elles sont convenables pour les Goréens. Ces qualités peuvent également former leur propre code dont la conduite générale est l’honneur. Mais rappelez-vous que pas tout le monde suivra ces vertus ou même les trouvera dignes. Elles sont une généralité seulement et la prudence est conseillée en considérant si elles sont applicables ou pas. Par exemple, bien que l’honnêteté soit importante pour beaucoup de Goréens elle est loin d’une vertu absolue. Il y a de nombreuses exceptions dans lesquelles l’honnêteté complète est non prévue ou même souhaitable. Par exemple, le subterfuge dans la guerre est une forme acceptable de compromis. Cependant il semble être un cas différent quand on assermente une personne. Cela est souvent considéré comme une question d’honneur. La plupart de Goréens estimerait qu’une personne qui a brisé son serment a commis un acte de déshonneur. Les Goréens prennent au sérieux l’honneur et l’honnêteté.

En temps réel les Goréens déclarent souvent que l’honneur est une vertu dans la philosophie et le style de vie de Gor. Peu serait en désaccord que l’honneur est une digne vertu pour toute personne, Goréen ou pas. Ainsi, un objectif est donné, honneur, mais les directives pour réaliser l’objectif ne sont pas fournies. Évidemment les Codes des Castes dans les livres ne peuvent pas être employés comme ils sont. D’abord, aucun des Codes de Caste n’est complet dans les livres. Nous en connaissons vraiment beaucoup au sujet des Codes de Caste des Guerriers et même dans ces codes il manque de nombreux aspects. En second lieu, ces codes sont trop liés étroitement à la société Goréenne pour pouvoir les appliquer sur la Terre. Les lois de Gor diffèrent de façon significative des lois de la Terre alors quels Codes pourraient être permis en vertu de la loi de Gor en vertu des lois de la Terre. L’honneur est important pour les Goréens, il pourrait être dure de bien le comprendre sur Terre. Par exemple, il est normal pour les hommes de la Terre de faire la guerre pour des sujets d’or et de richesse, mais pas pour l’honneur. Les Goréens, tant qu’à eux, sont plus sujets à combattre pour l’acier et l’honneur.

Certains peuvent dire que chaque personne devrait compter sur leur propre code de conduite personnel, ceux là n’ont aucun besoin de créer un code de conduite qui s’appliquerait à un groupe. Bien que ce soit une possibilité, il soulève quelques questions contraignantes. Comment évaluerions-nous alors l’honneur des autres ? Nous ne pourrions pas évaluer leur honneur sans connaître quels codes de conduite ils ont suivis. Nous pourrions les évaluer sur nos propres codes de conduite mais cela signifiera souvent peu de chose, particulièrement si leurs codes de conduite changent des nôtres. Comme exemple, comment un Guerrier de Gor pourrait-il juger l’honneur d’un samouraï si le Guerrier avait aucun concept de bushido ? S’il essayait de se baser sur ses propres codes, certaines des actions des samouraïs pourraient être vues comme déshonorantes mais en étant entièrement honorables selon le bushido.

Comment apprendrions-nous les codes de conduite personnels des autres ? Peu de gens parlent publiquement sur de tels sujets. Ils peuvent discuter de certains aspects spécifiques de leur croyance personnelle mais de non leur croyance dans leur intégralité. Bien que des accusations soient parfois portées par d’autres pour être déshonorantes, ces accusations dépendent plus souvent du code de conduite de l’accusateur, pas du code de conduite de l’accusé. Ainsi, à moins que nous soyons entièrement conscients du code de conduite d’une personne, l’évaluation de leur honneur devient presque impossible.

Il n’y a aucun code de conduite universel qui serait applicable à tous. Ainsi, il n’y a aucune norme universelle pour évaluer l’honneur d’une personne. Comme exemple, considérons l’honnêteté. Bien qu’il puisse sembler clair que chacun devrait être honnête et que ce devrait faire partie d’un code de conduite, ce n’est pas si simple. Croyons-nous vraiment que nous devons fournir l’honnêteté complète à tout moment ? Ou y a-t-il des domaines qui fassent exception ? Par exemple, le Code de la Caste des Guerriers déclare qu’un Guerrier ne doit pas briser sa parole assermentée. Mais, il ne déclare pas qu’un Guerrier doit être honnête à tout moment. Dans la réalité, la Caste comprend ce besoin de tromperie parfois, particulièrement en temps de guerre. Il n’y a aucun déshonneur impliqué dans de telles tromperies. Même quelque chose comme le meurtre n’a pas une définition universelle car les définitions de ce qui constitue le « meurtre » changeront également. Selon le bushido, un samouraï a pu tuer un paysan juste pour examiner les capacités du tranchant de son épée. Combien d’autres cultures regarderaient-elles cela en tant que meurtre ?

Quel est le vrai test pour connaître l’honneur d’une personne ? Qu’est ce qui prouve que ces convictions sont vraies ? L’honneur peut être restrictif, plaçant un homme sur un chemin sur lequel on ne s’attend pas à ce qu’il aille aussi loin. Parfois qu’il est facile de traverser une route et parfois la navigation est bien plus difficile. N’importe qui peut suivre la route quand elle est facile mais c’est lors de ces moments difficiles que se montrent le caractère véritable d’un homme. C’est lorsque les choix deviennent difficiles que le vrai test émerge, quand une personne doit évaluer le coût pour poursuivre le chemin de l’honneur. C’est quand vous voyez à quel point l’honneur est important pour une personne. Adhère-t-on à l’honneur en dépit des conséquences négatives d’un tel chemin ? Respectons nous les engagements de l’honneur en dépit de la difficulté ?

« Un homme a de l’honneur s’il se tient sur un idéal de conduite cependant c’est incommode, peu lucratif, ou dangereux d’agir ainsi. » (Walter Lippman)

Supposons qu’on choisit un code de conduite qu’on ne peut jamais briser ce qui fut assermenté. Adhéreriez-vous toujours à ce principe ? Ou chercheriez-vous des exceptions pour éviter ce désagrément ? Si vous jurez de porter assistance aux gens, et cette personne s’avère être quelqu’un que vous avez détesté ou même un ennemi, suivrez-vous néanmoins votre serment ? Dépendrait-il de la nature de l’aide que vous avez juré de fournir ? Supposez que vous avez juré de vous porter volontaire à un événement charitable local. Vous avez alors obtenu des billets par le passé pour un événement, un que vous aviez toujours rêvé de voir. Renoncerez-vous à votre parole pour aller à cet événement spécial ? Au lieu de cela, si votre voiture était en panne le matin sur l’événement charitable ? Payeriez-vous $100 à un taxi pour vous rendre là ? Ou resteriez-vous à la maison au lieu d’encourir un tel coût ?

Quel prix seriez-vous disposé à payer pour maintenir votre honneur ? Seriez-vous disposé à poursuivre votre honneur s’il pourrait vous en coûter un ami ? S’il pourrait vous coûter financièrement ? Si votre réputation parmi certaines personnes pourrait en souffrir ? Si peu de gens comprendraient les raisons de vos actions ? À l’extrémité, accepteriez-vous la mort au-dessus du déshonneur ? Accepteriez-vous seulement certains types de mort au-dessus du déshonneur ? Est-ce que votre code personnel de conduite déclare que vous ne devez pas vous engager dans aucun comportement qui pourrait mener à votre mort, même si ce comportement serait autrement déshonorant ?

Compromettriez-vous votre honneur pour quelque chose ? Si vous répondez négativement à cette question, alors vous placez essentiellement l’honneur au-dessus de tout. Et c’est peut être facile de dire ceci mais le véritable test sera toujours quand vos pieds seront dans le feu de l’action et qu’un choix doit être fait. Seriez-vous disposé à sacrifier la vie de votre épouse et/ou enfants pour votre propre honneur ? Vous permettriez-vous d’avoir une mort honteuse pour votre honneur ? Vous permettriez-vous d’être mutilé au nom de l’honneur ? Examinons le choix de Tarl Cabot dans ‘’Les voleurs de Gor’’ quand il a dû choisir entre l’esclavage ou une mort honorable. Il a choisi l’asservissement et bien qu’il a senti perdre son honneur, d’autres n’ont pas senti la même chose. Samos a déclaré que les codes ne contiennent pas toutes les vérités du monde et il n’a pas jugé que Tarl était moins honorable. Est-ce que d’autres auraient plutôt choisi une telle mort dans les marais ?

Certaines de ces questions soulèvent une autre question importante. Sommes nous obligé de faire affaire avec tout le monde de façon honorable ? Ou y a-t-il certaines personnes que vous pouvez manipuler sans respect pour l’honneur ? Vos ennemis méritent-ils d’être traités honorablement ? Ou les différentes règles s’appliquent-elles ? Pouvez-vous briser une parole assermentée fait à un ennemi ? Dans le code de courtoisie de l’hospitalité, si vous souhaitiez la bienvenue à quelqu’un dans votre maison, et plus tard vous apprenez qu’il était un ennemi, il a toujours eu droit à l’hospitalité. Vous ne pourriez prendre aucune mesure contre cet invité. L’honneur dépendra-t-elle davantage de l’agir d’un vis-à-vis ou est-elle plus une question personnelle ?

Qu’arrive-t-il à votre honneur si vous commettez un acte déshonorant ? Votre honneur est-il perdu pour toujours ? La nature de l’acte déshonorant importe-t-il ? Tous les actes de déshonneur sont-ils égaux sur l’honneur ? Y a-t-il une manière de réconcilier ou racheter votre honneur ? Si oui, comment accomplissez-vous cet objectif ?

Est-ce que quelqu’un d’autre peut affecter, positivement ou négativement, votre propre honneur ? Pouvez-vous affecter, positivement ou négativement, l’honneur de quelqu’un d’autre ? Ou l’honneur est-il si personnel que seulement l’individu peut affecter son propre honneur ? Si l’honneur adhère à un code de conduite personnel, alors il semble peu probable que n’importe quelle force extérieure puisse affecter l’honneur d’une personne. Seulement l’individu impliqué a pu prendre la décision pour suivre ou violer son propre code de conduite.

Femmes Libres et Honneur

Il y a souvent discussion sur qui peut posséder l’honneur cependant on convient généralement que tous les hommes libres peuvent posséder l’honneur. On accepte moins que les Femmes Libres puissent posséder l’honneur cependant les livres de Gor soutiennent une telle proposition. L’honneur cependant semble être un souci plus populaire pour les Hommes Libres que pour les Femmes Libres. Car les Femmes Libres font partie du système de Caste, elles aussi sont liées par les Codes de Caste comme les hommes le sont. Alors elles aussi peuvent posséder l’honneur suivant leur code de conduite approprié. C’est une simple progression logique. Alors pourquoi certains croient que les femmes ne peuvent pas posséder ou comprendre l’honneur ?

Les romans de Gor soulignent souvent l’honneur du Guerrier, se concentrant sur leurs Codes de Caste, leur conduite. Les Guerriers ne sont évidemment pas la seule Caste qui possède l’honneur, mais c’est la Caste dont les livres discutent principalement. Maintenant, les femmes peuvent appartenir à la Caste du Guerrier. Elles peuvent être nées dans la Caste ou son Libre Compagnon est un Guerrier et joindre sa Caste. Mais, de telles femmes ne sont jamais formées comme Guerrières. Ils n’apprennent pas les arts du combat. Ainsi, une grande partie des Codes de la Caste du Guerrier sont inapplicable pour elles. Car c’est le cas, lors des discussions sur l’honneur du Guerrier une grande partie sont non pertinentes quand on discute avec les femmes dans la Caste. Dans les secteurs où les Codes de Caste du Guerrier sont applicables aux femmes, peu est dit mais ils existent. En outre, de telles femmes seraient liées par des normes générales Goréennes et des vertus morales, fournissant une base additionnelle pour évaluer l’honneur.

Esclaves et Honneur

L’esclave, par ailleurs, veut être possédé par un homme d’honneur. Elles veulent être fières de leurs Maîtres. Elles se sentent en sécurité avec de tels hommes. Une esclave peut-elle posséder l’honneur ? La réponse est-elle différente pour une esclave dans les livres de Gor par opposition à une esclave dans le réel ? Il y a beaucoup de désaccord pour s’entendre si les esclaves peuvent posséder l’honneur ou pas, plusieurs croient que les esclaves ne peuvent pas posséder l’honneur. Ceci est partiellement justifié quand on déclare que les esclaves sont une propriété, comme un sleen, et ne peut pas posséder ainsi l’honneur. Certains estiment également que l’honneur est un type de possession et puisque les esclaves ne peuvent rien posséder, ils ne peuvent pas posséder l’honneur. D’autres estiment que puisque c’est une nécessité pour une esclave d’obéir à son propriétaire en toutes choses, elle ne peut pas posséder l’honneur pendant qu’elle obéit simplement à son propriétaire. Ce ne sont pas des sujets faciles car elles soulèvent beaucoup de questions au sujet de la nature de l’honneur.

C’est assez intéressant, beaucoup de gens croient que personne d’autre peuvent affecter votre honneur. Vous êtes en contrôle complet de votre honneur. Les actions des autres ne peuvent pas affecter votre honneur. Si nous acceptons que l’honneur est un code de conduite personnel, alors ceci semblerait être essentiellement vrai. C’est seulement votre choix qui déterminera si vous vous conformez à votre propre code de conduite ou pas. Mais, ceci soulève alors un point intéressant sur la question si un esclave possèdent l’honneur ou pas. Si un Homme Libre qui possède l’honneur est forcé de se soumettre, est-il soudainement dépouillé de son honneur par cet acte d’asservissement ? Semble-t-il raisonnable et logique que quelqu’un d’autre puisse vous dépouiller de votre honneur ? Si personne ne peut affecter votre honneur, alors l’acte de l’asservissement ne devrait pas vous dépouiller de votre honneur. Cela signifierait qu’une esclave pourrait posséder l’honneur. Un asservissement de force est très différent que de se soumettre volontairement. Puis, une personne pourrait perdre son honneur si l’honneur dicte qu’ils ne devraient pas soumettre. Qu’est-ce qui se produit quand une personne est libérée de l’asservissement ? Regagnent-ils automatiquement leur honneur ? Ou peuvent-ils ne jamais regagner leur honneur ? Regagneront-ils leur honneur seulement s’ils étaient forcé à se soumettre ?

L’honneur est-il une possession ou simplement une vertu ? Toutes les vertus sont-elles des possessions ? Les vertus sont-elles comme le courage, la sagesse, la justice, et la fidélité ? Un esclave peut-il posséder des vertus ?

Si l’honneur est personnellement déterminé, alors pourquoi un esclave ne pourrait-il pas posséder l’honneur ? Une esclave n’a-t-elle pas pu construire un code d’honneur pour elle-même ? Ce pourrait-il que le code contiennent des valeurs telles que la fidélité et l’honnêteté, lesquelles sont généralement considérés comme honorable ? Si un propriétaire commandait à un esclave pour violer son code d’honneur, ne pourrait-elle pas lui désobéir pour rester vraie face à son code d’honneur ?

Y a-t-il une différence entre avoir de l’honneur et agir honorablement ? S’il y a une différence, peut-on avoir de l’honneur mais agir deshonorablement ? Peut-on agir honorablement sans avoir de l’honneur ? Un esclave peut-il faire un acte honorable cependant ne pas posséder l’honneur ?

Évidemment plusieurs de ces questions n’ont pas de simples solutions. Nous devrions également clairement différencier les esclaves réelles et les esclaves des livres. Il y a des différences significatives entre les deux ainsi les règles peuvent être différentes.






Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Leave a Reply


  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!